Un braquage à la Casa de papel à l’université de sonfonia et Facebook devient un studio de clash-challenge entre…

Dans le navire GN224, les nouvelles ont des couleurs exceptionnelles je ne sais pas de quelle manière vous informé, car ici les braqueurs espagnols ont réussi à poser leurs valises sur le tarmac de notre université. Comme toute autre activité, ce continent est un laboratoire de test.

S’il nous faut être bref dans ce message, disons qu’après les 4 saisons de la casa de papel l’une des série  plus suivie en 2019, certains messieurs ont voulu jouer l’expérience,  mais sincèrement ont réussi à faire disparaitre un coffre-fort dans la plus grande université guinéenne.

L’on se demande aujourd’hui quelle est notre direction ? Les nouveaux étudiants ont déjà logé ce souvenir dans leurs têtes. Leur arrivée a fait disparaitre un coffre-fort à plus 223 million de nos pitoyables francs. Quel dommage ! qu’une action aussi ignoble se produit dans un centre d’éducation. Il n’y a rien qui puisse nous faire mal si ce n’est le non aboutissement des enquêtes dans le pays des sociologues et des grands criminologues sortis de nos universités vétustes.

A la une de l’actualité sur le réseau social le plus mal utilisé par les jeunes du pays, une épidémie de clach règne. Nous ignorons la source, mais elle vraiment contagieuse et si rien n’est fait, les conséquences risquent d’être pire que corona. Meufs et mecs chacun se vide la tête sur le comportement d’un proche, comme pour dire, la futilité est toujours la bienvenue dans le pays des jeunes qui se cotisent un plat de lafidi après plusieurs tentatives aux Guinée-Games.

Les maisons de jeunes sont devenues des bars café et des salles de spectacle. Ici la jeunesse se retrouve autour du divertissement que dans le sens du travail. Le gouvernement à travers son ministère de la jeunesse a encore du pain sur la planche. Cette jeunesse doit être sauvé je crois même l’auteur de cette plume doit être sauvé.

C’est ce qu’ils se racontent en lisant cette petite chronique d’un étudiant mal formé ; de toute façon bon Dimanche à toi lecteur/lectrice.

Mamadou Bhoye Barry.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *