TRIBUNE: Le PM a beaucoup parlé sans dire grande chose ! par Ibrahima M’bemba BAH

D’emblée il dit ceci ” la sécurité des Guinéens est non négociable ” et pour  appuyer cette idée le premier m  ”  Le PM a beaucoup parlé sans dire grande chose !

Le Premier Ministre  se félicite de l’installation des PA dans la ville de Conakry qui a pu contenir les manifestations politiques. C’est comme s’il insinuait que les Guinéens ne connaissent pas réellement les motifs de ces bases militaires dans la capitale. Hé Bien monsieur le premier ministre, les Guinéens ne sont pas dupés, les PA ont été mis en place uniquement dans le but de réprimer et d’étouffer les contestations contre le 3e mandat D’alpha Condé. Mieux pour vous élucider davantage, la question de sécurité et de protection civile ne concerne pas que les violences ou manifestations liées à des causes politiques.

L’insécurité, c’est aussi tous ces corps sans vie que l’on retrouve un peu partout dans les grandes agglomérations surtout à Conakry. L’insécurité c’est également, ces accidents de circulation sur nos routes, ces braquages à mains armées, les Kidnapings, les coupeurs de route sur la nationale Mamou kindia ; en outre l’insécurité ce sont les incendies répétés résultant des mauvaises installations de EDG.

Au plan économique, Kassory Fofana se targue d’une croissance économique de 05 à 6 % avec une exportation de plus de  80 millions de tonnes de bauxites par ans. Pour lui , ces performances se répercutent au niveau social à travers les activités de  l’agence nationale d’inclusion économique et sociale ( ANIES) et l’agence nationale pour le financement des collectivités ( ANAFIC) par une réduction accrue de la pauvreté des Guinéens. Étonnamment, le PM Ne  nous donne aucune indication sur le nombre d’infrastructures sanitaires, scolaires ou énergétiques bâtit au niveau local en  faveur des populations à la base. Encore moins des chiffres  sur l’accès  à  l’eau potable  et l’autosuffisance  alimentaire.  Pire, l’électricifiaction dont il évoque en zone rurale. L’on se demandait si c’est un projet ou une réalisation. Car la plupart des capitales régionales à l’image de Labé ont à peine 6 heures d’électricité par jour meublée de l’éternelle rotation ” tourou tourou”

En outre, pour sortir ses compatriotes dans le bourbier Guinéen, le PM Ibrahima Fofana  mise sur trois éléments à savoir : l’industrialisation du secteur minier, la transformation agricole et le développement du capital humain. À entendre de tels propos les Guinéens doivent se rendre à l’évidence que le bout du tunnel n’est pas pour maintenant. Car l’exécution et les retombées de ces objectifs ne se feront qu’à long terme. Néanmoins notre PM aurait pu nous étayer d’abord sur les mines: Combien d’industries minières  aurons-nous les cinq prochaines années ? Quelles sont les sources de financement ? Les zones où elles seront établies ? Les entreprises sollicitées dans le domaine ? Les emplois directs et indirects attendus ?

Ensuite la transformation agricole : comment son gouvernement va t- il accroître notre production ? Quelles  sont Les mesures prises par L’Etat pour la mécanisation du secteur ? quelles ont été  les initiatives  dans L’encouragement des bras valide à un retour à la terre : par exemple  la création d’une banque agricole, l’octroi de crédit aux paysans etc.

Puis le PM aurait dû  également détailler le volet relatif au développement du capital humain : quelle sera en terme  de  chiffres le budget  alloué  à l’éducation et à la formation ? Où en est- on avec les réformes des programmes d’enseignement scolaires et universitaires ? Combien d’enseignants et de formateurs son gouvernement recrutera à court et moyen terme ; les qualifications qu’ils recevront pour améliorer notre éducation ?

Malheureusement ces interrogations laissent plusieurs zones d’ombres dans la sortie du premier ministre. Au point qu’il a parlé pour parler et non parler pour convaincre.

Sinon aujourd’hui les Guinéens ont plus besoin d’actes concrets pour être rassurés au lieu des discounts creux et impertinents.

Et pour se faire : il faut accorder une liberté conditionnelle au moins aux détenus politiques , ouvrir un dialogue national franc, dédommager les victimes de déguerpissement injustes , ouvrir les frontières avec le Sénégal et la Guinée Bissau, réduire le train de vie de L’Etat, Réduire le prix du Carbure, Démilitariser la zone de Ratoma etc.

Voilà ce qu’on attend de vous dans l’immédiat monsieur le premier ministre” Don Casse “.

Ibrahima M’Bemba Bah Directeur chargé de la communication et de la visibilité du Bloc LIBÉRAL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *