Le parcours exceptionnel du jeune leader Maladho DIALLO, le fondateur de GUI-PLUS

Bonjour présentez-vous à nos lecteurs ?

Bonjour, je suis Mamadou Maladho Diallo, j’ai 24 ans, je suis Fondateur et Gérant de GUI-PLUS, je suis également  formateur en développement personnel et professionnel.

Parlez-nous  de votre enfance ?

Je suis issu dans une famille de 9 enfants dont je suis le cinquième. Je suis né au Gabon et  j’ai quitté très tôt mes parents pour venir en Guinée à l’âge de 6 ans. A mon arrivé, j’étais chez ma tante à Hamdalaye dans la banlieue de kakimbo durant 2 ans avant de rejoindre mes frères et sœurs à kobayah qui sont venus après moi. Nous avons eu une très bonne éducation de base grâce à mon père qui a mis tous les moyens nécessaires pour ne pas que nous soyons dans le besoin. Il nous envoyait des professeurs de domicile afin d’être brillant à l’école.

Il  faut aussi dire que j’étais très canaille à l’époque, comme je ne savais pas jouer au football et au basketball, je m’isolais souvent pour jouer au « jeu de  bonhomme » un jeu qui a beaucoup développé mon sens de leadership et de créativité. Je jouais aussi à des sketches avec mes frères et sœurs dans la cour familiale. Des bons souvenirs que je garde toujours en mémoire. 

Racontez-nous votre parcours scolaire et universitaire ?

D’abord, j’ai commencé à étudier au Groupe Ibrahima 5 de hamdalaye avant de continuer à l’école  primaire de kobaya. Après l’obtention de à la suite de mon  examen d’entrée en 7ème  année, on m’a inscrit dans une école privé LYHNASO, une école qui m’a permis de découvrir mon talent en art oratoire grâce aux activités culturelles et scientifiques.

Apres l’obtention de mon bac en sciences sociales j’ai été orienté à l’université Nongo Conakry, il faut dire que j’ai passé une belle époque dans cette grande et prestigieuse université avec des étudiants et professeurs qui ont toujours cru en moi. C’est grâce à cette université que j’ai forgé mon caractère de leader et j’ai pu rencontrer les plus grandes personnalités du pays (ministres, ambassadeurs, entrepreneurs…) C’est aussi dans cette meilleure université privée de la Guinée que je suis sorti major de ma promotion en Droit International.

Comment avez-vous débuté dans la vie professionnelle ?

Merci pour votre question, je dirais d’abord que je suis le fils d’un commerçant et j’ai le sang du business qui coule dans mes veines (sourires), j’ai grandi avec ma marâtre qui avait une boutique dans la maison familiale, on était souvent dans cette boutique pour vendre, c’est comme ça que nous (mes frères et sœurs)  avions appris à vendre.

Quand je faisais la terminale, grâce à un ami, j’ai eu mon premier contrat de professeur à domicile et j’étais payé à 200.000 fg/ mois.

En première année de l’université, un parent à moi me confia la gestion d’une boutique de vente des accessoires téléphoniques. A cette même période je vendais également des gâteaux secs pour ma marâtre « Rire » ça parait ridicule mais c’est la vérité. Je faisais du marketing en vendant les gâteaux dans les boutiques et lieux publics.

En deuxième année, j’ai intégré l’équipe de modèle de réussite pour l’organisation des plateformes nationales ‘‘modèles et étudiants’’ un évènement qui regroupait des personnes ayant réussies dans leurs domaines. Ce fut l’occasion pour moi de rencontrer KPC, Lamine Guirassy, Moustapha Naité, Hadja Rabiatou Serah Diallo……..

Apres l’obtention de ma licence en 2018, j’ai été nommé comme Responsable de communication et Marketing d’une PME d’assainissement SANITEL GUINEE, OUI ! Il m’arrivait parfois d’être sur le terrain avec les éboueurs pour ramasser les ordures (Sourires) cela paraissait bizarre pour mes proches et amis de me voir dans une PME d’assainissement après avoir été le président d’une promotion sortante. C’est grâce à travail que j’ai compris les problèmes de salubrité de notre pays et les opportunités à saisir dans ce domaine.

Parallèlement à ce poste, j’étais aussi associé et formateur d’ACADEMIE du SUCCES, on organisait des formations en développement personnel et entrepreneuriat pour les écoles, universités, associations et des entreprises à Conakry et à l’intérieur du pays.

Apres une longue réflexion  que j’ai décidé de créer ma propre entreprise GUI-PLUS avec mon jeune frère en vue d’accompagner les jeunes dans leurs insertions professionnelles.

D’où est venue l’idée de la création de GUI-PLUS ?

Tout est parti d’un constat que plusieurs milliers d’étudiants sortaient des universités guinéennes sans obtenir un stage ni un emploi. Soit par manque de compétence ou par manque d’information par rapport aux offres faites par les entreprises.

Alors je me suis dit que GUI-PLUS devait être cette entreprise qui va de mettre en relation les entreprises et les diplômés ou les étudiants pour des CDD, CDI ou des stages tout en leur formant sur les techniques de recherche d’emploi. De l’autre côté former les jeunes sur l’entrepreneuriat ou le volontariat en vue de leur épanouissement dans la société.

En dehors de votre vie professionnelle, avez-vous fait du bénévolat dans la vie associative ?

OUI ! En ce qui concerne mon engagement dans la vie associative, j’ai une expérience de plus de 7 ans dans des structures associatives.

 J’ai commencé au lycée en intégrant la commission culturelle et sportive de notre école LYHNASO, successivement j’ai été membre, puis vice-président et enfin Président de la commission culturelle de l’établissement.

En 2017, quand je faisais la licence 2, j’ai été élu 1er Secrétaire aux affaires extérieures du Bureau des Etudiants. Cette même année j’ai intégré le comité Ratoma de la Croix Rouge Guinéenne en vue d’apporter mon engagement pour la cause citoyenne après l’épidémie d’EBOLA.

En fin de cycle universitaire, j’ai été élu Président de la Commission d’Organisation des Festivités de Fin de Cycle de la 9e promotion UNC 2018, une promotion qui comprenait 1 500 étudiants sortants.

En Juin 2018, on m’a élu comme étant le secrétaire aux questions juridiques, économiques, sociales et formation du Collège des Etudiants des Universités Privées de Guinée, une association qui avait plus de 30 universités en son compte. Une association qui m’a permis d’appréhender les difficultés que les étudiants rencontraient quotidiennement.

Il faut retenir que servir les autres a toujours été une vocation pour moi et je ne compte pas me limité ici INCHALLAH.

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrez dans la réalisation de vos projets?

J’ai rencontré plusieurs difficultés dans la réalisation de mes projets, à chaque fois que je parlais de mes projets à mes proches ou amis, ils se moquaient de moi en me disant que je veux tout faire ou que je suis « un connais tout. » J’ai toujours été minimisé quand je commence un projet.

J’ai échoué plusieurs fois dans de nombreux projets personnels et professionnels comme campus France, j’ai échoué lors des élections à l’école et à l’université, j’ai échoué pendant des compétitions.

Depuis que j’ai suivi une formation en développement personnel et leadership, j’ai compris que chaque échec était une étape vers un succès.

D’où tirez-vous votre source  de motivation ?

Ma source de motivation était mon homonyme El Hadj Maladho DIALLO, un grand  homme intègre, érudit et un leader qui a fait beaucoup pour sa nation, il a été enseignant, syndicat, responsable politique, Député, guide des pèlerins, historien….

Ma motivation provient aussi de cette population guinéenne qui se bat du jour au lendemain pour subvenir à leur besoin quotidien.

Dites-nous quel regard portez-vous sur le système éducatif  de notre pays la Guinée?

Notre système éducatif est défaillant, je suis un fruit de ce système mais depuis que je suis sorti de mon pays, j’ai compris que notre éducation était au plus bas niveau de l’échelle à cause de son enseignement caduque, car tous les niveaux de l’éducation du primaire à l’université ne connaissent pas une amélioration. Nos formations ne sont pas en adéquation avec le marché de l’emploi.

Il faut que l’Etat revoie sa politique éducative et il doit allouer un gros budget à ce secteur primordial pour l’avenir dans une nation. Pour faire avancer notre pays, il faut que l’Etat mette tous les moyens nécessaires pour la qualification de nos formations. Il faut surtout profiter des nouvelles technologies de l’information et de la communication pour permettre aux élèves et étudiants de se former dans les bonnes conditions.

L’Etat doit construire des écoles et universités dignes de nom qui pourront permettre l’accès à l’éducation pour tous.

 Nelson Mandela disait ceci « l’éducation est l’arme la plus puissant qu’on puisse utiliser pour changer le monde. »

Quel conseil avez-vous à donner aux jeunes ?

Je dirais aux jeunes de croire en leurs rêves, qu’ils peuvent faire tout ce qu’ils souhaitent faire, il suffit juste d’avoir la volonté. Il n’y a pas d’Age requis pour pouvoir réussir dans n’importe quel domaine. Je conseille aux jeunes de se former ou de s’auto-former, personnellement j’ai appris beaucoup en dehors de la classe. La jeunesse doit se réveiller car le monde bouge.

Il faut que les jeunes s’intéressent à tous les domaines clés pour le développement d’une nation, que ce soit en politique, en entrepreneuriat ou en volontariat, le pays a besoin de sa jeunesse pour faire avancer les choses.

Un mot pour nos lecteurs du site web www.gui-plus.com

Je tiens à remercier tous ces milliers de lecteurs qui nous suive quotidiennement à la quête des informations et des conseils professionnels.

Sachez que vous êtes notre véritable source de motivation, car sans vous GUI-PLUS n’a pas sa raison d’exister.

Mamadou Bhoye Barry pour GUI – PLUS

6 réflexions sur “Le parcours exceptionnel du jeune leader Maladho DIALLO, le fondateur de GUI-PLUS”

  1. Mamadou Fadilou Barry

    Un groupe de jeunes prêt à toucher la boue pour porter leur pierre à l’édifice du développement de leur pays.
    Félicitations !

    1. Fatoumata diallo

      Avant tout d’abord je dis bravo à mon frere davoir cru en lui et qui nai pas reste a la maison a attendre que l’etat lui vient en aider et ça c’est un act de bravour et comme il a su bien dit il na pas d’age pour reussir , felicitations a toi .

  2. Mon amis d’enfances depuis le collège
    Mamadou Maladö Diallo vraiment je te félicite pour ce beau projet que tu arrives toujours faire pour la jeunesse guinéen

  3. Mamadou alpha Barry

    C’est Vraiment formidable ce que tu entrain de réaliser et non seulement tu inspire les jeunes à y croire parce que le problème avec la jeuness c’est le manque de confiance en soit et le pessimisme de l’entourage qui leur influencent bcp..je suis fier de toi et bonne continuation

  4. Diallo ElHadj mamadou

    Je commence par les encouragements , les félicitations et les remerciements pour cette belle initiative camarade
    En suite la jeunesse guinéenne ne manque pas d’idées mais de volonté, ce pour cette raison que je salut ta volonté de passer à l’action .
    En fin j’aimerais faire la connaissance de ce jeune dynamique, ambitieux et déterminer pour une jeunesse forte dans ce pays merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *