Interview avec le Président du Club des Jeunes Leaders de Guinée.

Guiplus: Présentez-vous à nos lecteurs

Je suis Mamady Kourouma, Président Fondateur du Club des Jeunes Leaders de Guinée (CJLG).

Fondateur de l’entreprise OneHeart International Services (OHIS)

Initiateur et Coordinateur du projet Prix de l’Etudiant Guinéen (PEG).

Guiplus : parlez-nous de votre enfance !

Parlant de mon enfance, je dirai qu’elle n’a pas été rose !

Orphelin de père à l’âge de 2 ans, je suis parti à Guéckédou dans ma famille maternelle après le décès de mon cher père où j’ai grandi et commencé mes études scolaire “99.

J’ai connu une interruption de cours en l’an 2000 lorsqu’il y a eu la rébellion dans la zone forestière du pays et j’ai repris le chemin de l’école 3 ans après à mon retour dans la même préfecture, car la situation était vraiment précaire.

Après avoir décroché mon examen d’entrée en 7ème année, j’ai également connu à nouveau une interruption d’une année après avoir achevé ma première année au collège Karamoko Kourouma.

Cette pause scolaire était dans le but d’aller étudier la langue anglaise au Liberia où j’ai vécu une année blanche auprès de ma tante qui, malheureusement n’a pas su combler mon ambition de formation. En 2008, j’suis revenu à Conakry pour poursuivre mes études, j’ai alors recommencé la classe de 8ème année au collège Madina où j’ai obtenu mon BEPC avant de me retrouver au Lycée du 2 Octobre pour mes 3 années de cursus couronnées par l’obtention de mon baccalauréat en 2015 avec mention. J’ai alors opté pour la gestion des entreprises minières, un département que j’ai changé à l’année suivante pour faire la gestion des entreprises en département économique.

Guiplus : Vous êtes président Club des Jeunes Leaders de Guinée pourquoi cette ONG ?

Le CJLG est pour moi à la fois comme mon enfant et une seconde famille !

Après avoir parcouru quelques ONG/Associations de la place, j’ai planifié d’en créer une moi-même, la seule raison est que je ne sentais pas ma politique d’évolution dans ces organisations et il n’y avait pas de mariage entre les objectifs fixés sur papiers et les réalisations sur terrain.

Alors après avoir créé une première association qui était la Vision Future Agency (VIFA) en 2015 qui a été une première expérience, j’ai pensé à changer de forme et agrandir la structure tout en améliorant les objectifs, but et vision. D’où la création du CJLG en 2019.

Guiplus : la mise en place de cette organisation n’a pas été facile pour vous dites-nous les obstacles rencontrés.

Oui plusieurs obstacles se sont présentés sur mon chemin, mais le plus important est que j’ai su les transformer en opportunités allant en faveur du club ;

Le premier fut la ressource humaine qui est l’une des choses les plus compliquées que vous et moi n’ignorons point.

Le deuxième obstacle fut la ressource financière et suivi de la quête des papiers administratifs.

Guiplus : quelles sont les activités réalisées ou que vous comptez réaliser ?

Nous avons un plan d’action très riche et varié, actuellement dans nos réalisations, en plus des différentes offres de formations pour les jeunes sur des thèmes potentiels divers, nous tenons des activités instructives comme la “Plume ma Passion” qui est une activité littéraire mensuelle et qui a donnée des opportunités à un nombre de jeunes passionnés de l’écriture d’embrasser à travers des séances d’exposition.

Nous avons également tenu un grand panel sur l’entrepreneuriat jeune, l’immigration irrégulière et la formation juvénile

Sans oublier le projet “Amuse-Toi avec le Livre”, il a été la première activité du Club et nous prévoyons la 2ème Édition en avril 2020.

Guiplus : Votre mot de la fin ?

Je vous remercie de m’avoir donné la parole, je remercie toutes ces personnes de près ou de loin qui nous soutiennes.

Merci!

Kadiatou Diallo pour guiplus224

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *