Affaire de cocaïne : huit (8) personnes déférées à la Maison Centrale de Conakry.

Longtemps attendu par la population guinéenne, l’Office Central Anti-Drogue (OCAD) a présenté ce lundi 1er mars à Conakry le résultat des premières investigations de la commission rogatoire dans l’affaire de la disparition d’une importante quantité de cocaïne saisie par les services de sécurité au début d’année.

Devant la presse cet après-midi, le porte-parole de la commission rogatoire composée de de l’Office Central Anti-Drogue, de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ), de la Section de Recherches PM3 de la Gendarmerie nationale, de la Direction Générale de la Douane et de la Préfecture Maritime a livré le contenu des premières enquêtes. Selon Colonel Mohamed Mazo Mansaré, 29 personnes au total ont été interpellées et entendues par les enquêteurs dont 8 ont été placées en détention préventive à la Maison centrale de Conakry. Parmi ces huit personnes, il y a 3 gendarmes, 3 policiers  et 2 civils.

« Le 28 janvier 2021, la commission d’enquête a procédé à la DPJ à l’identification et à l’analyse de 9 sacs présentés en deux lots par le Directeur Central de la police judiciaire sans aucun acte administratif ou judiciaire. Un premier lot de 6 sacs contenant 100 plaquettes mis à la disposition de la DPJ le 14 janvier 2021 par le Directeur général adjoint de la police nationale accompagné du coordinateur général des BAC, l’analyse de ce lot a permis de constater que les 61 plaquettes sont positives au test à la cocaïne et 31 plaquettes sont fausses et ont fait l’objet de substitution. Le second lot de 3 sacs contenant 77 plaquettes mis à la disposition de la DPJ le 23 janvier 2021 par le commandant adjoint de la BAC10 sur instruction du coordinateur général des BAC, l’analyse de ce lot a permis de constater que les 76 plaquettes sont positives à la cocaïne, une plaquette est fausse et a fait l’objet de substitution. En résumé, sur les 177 plaquettes, de lot de 9 sacs, il se dégage ainsi qu’il suit : 145 plaquettes sont vraies d’un poids total de 150,609 kg, tandis que 32 plaquettes sont fausses et ont fait l’objet de substitution sur un poids total de 36,139 kg » a déclaré colonel Mohamed Mazo Mansaré.

A en croire toujours cet officier membre de la commission rogatoire, c’est le 5 janvier 2021 aux environs de 17h que la BAC 10 a saisi dans une villa située à Nongo 21 sacs de cocaïne avec leurs propriétaires dont deux expatriés et un guinéen du nom de Issa Kaba. Avant l’arrivée du coordinateur général des BAC et son adjoint, plusieurs sacs de cocaïne ont été substitués par le Commandant de la BAC 10 et son adjoint.

« le commandant de la BAC 10 et son adjoint ont soustrait 5 sacs de cocaïne qui l’ont caché dans leurs bureaux sur 21. Ils ont racontés les 16 sacs restant en présence de l’expatrié Gorand dont ils ont fait signer un acte de reconnaissance. Il faut préciser que dans chaque sac, il y’avait 25 kg. Donc, les 21 sacs font 525 kg de cocaïne. Par la suite, le nommé Moussa Kaba a négocié et obtenu auprès du commandant de la BAC la libération de l’expatrié moyennant le paiement de 2500 euro. Dans le même temps, il a engagé des négociations pour la récupération de la quantité de la drogue saisie contre une promesse de paiement de la somme de 100 000 dollars sur laquelle 40 000 dollars ont été déjà payé au  commandant de la BAC 10 qui n’a déposé que 30 000 au coordinateur général des BAC par l’intermédiaire du coordinateur général adjoint. Sur la même nuit du 5 janvier, après le départ d’Issa Kaba et l’expatrié de la BAC10, sont arrivés successivement le coordinateur général adjoint et le coordinateur général des BAC auxquels les 16 sacs de drogue ont été présentés. Après avoir pris contact avec la hiérarchie supérieur qui a ordonné de garder la drogue dans un endroit sûr, le coordinateur général des BAC a ordonné l’embarquement des 16 sacs dont 6 dans le véhicule de son adjoint et 10 autres sacs dans le sien. Le coordinateur général des BAC et son adjoint ont quitté sans escorte aux environs de 21h. Les 16 sacs de drogue pour lesquels la coordination générale des BAC ne reconnait que 6 plus les 3 sacs volés par la BAC 10 sont restés avec le coordinateur général des BAC et son adjoint jusqu’au 21 janvier 2021, date à laquelle il est allé les déposer au directeur central des CMIS » a dit le porte-parole de la commission.

Aux dires de l’officier, les enquêtes sont en cours pour entendre toutes les personnes impliquées dans cette affaire de substitution de cocaïne afin de les traduire devant la justice. A ce jour, « il reste également à déterminer la destination des douze sacs de drogue à raison de 25 kg par sac, soit 300 kg de cocaïne. Aussi, les 32 fausses plaquettes ayant fait l’objet de substitution » a-t-il précisé.

Abdourahmane Diallo pour www.gui-plus.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *